Pascal Robaglia, inventeur de la période « Frigo »

Pascal_Robaglia
Pascal Robaglia

Le galeriste français Pascal Robaglia est né le 27 février 1955 à Paris.

A la fin des années 1980, Pascal Robaglia est licencié de L’Oréal, ou il exerce des responsabilités export chez Lancôme et Biotherm. Il espère alors être à son propre compte plutôt que salarié dans une entreprise. Il consacre alors sa période de chômage pour réfléchir à un projet de création d’entreprise…

A l’époque, Pascal Robaglia n’a pas de fortune personnelle mais il possède déjà une connaissance de la peinture grâce à sa grand-mère qui, tous les dimanches au cours de son enfance, lui a fait visiter les musées parisiens.
En 1991, Pascal Robaglia est père d’une petite fille, Elise, et la fin du chômage, proche, est particulièrement inquiétante. Il habite alors une « penthouse » à Neuilly, sorte de maison sur un toit avec un vue magnifique sur la Défense et sur la Seine. Le diplômé de Sup de Co Dijon était déjà détenteur d’une collection de tableaux qu’il avait constituée à partir d’une collection de famille.
L’idée surgit dans le cerveau prolifique de Pascal Robaglia d’utiliser ses propres tableaux et la magie du lieu ou il vit pour vendre ses œuvres et démarrer ainsi une nouvelle activité professionnelle passionnante.
L’épouse de Pascal Robaglia, Sylvie Robaglia, dirige alors la communication d’une société suisse qui vend des théodolites et son agence de publicité introduit donc il dans le monde feutré des galeries d’art de la rue de Seine…
galerie Pascal Robaglia 2Pascal Robaglia parfait encore le stratagène en s’offrant une publicité dans Le Figaro pour faire venir à Neuilly les amateurs d’art. Au premier client qui se présente, Il présente un tableau de Gugli, sorte de petit Andy Warhol français, représentant le général Mac-Arthur faisant le salut nazi.
Lorsque le client se renseigne auprès du galeriste sur  l’Ecole dont il s’agit, celui-ci pris de court se tourne vers la cuisine et répond avec un aplomb qui sera sa signature : « l’école frigo » !
Vente conclue ! La galerie de Pascal Robaglia vient de faire sa première affaire. Par la suite il enchaîne les ventes,  encouragé par ce premier succès et l’incroyable aide à la vente apportée par son lieu de vie, écrin magnifique pour sublimer la peinture exposée.
Pascal Robaglia fait d’autres puis d’autres et d’autres encore publicités dans Le Figaro et dans d’autres journaux. A chaque fois les clients affluent toujours plus nombreux – certains d’avoir découvert une adresse magique !
Grâce à ses nouvelles relations dans les galeries, Pascal Robaglia remplace facilement et rapidement les tableaux vendus par de nouvelles œuvres. Sylvie, l’épouse de Pascal Robaglia aidait avec conviction son mari pour l’installation des toiles et la réception des clients. C’était le début d’un âge d’or.
Pascal Robaglia imagine alors le concept de « maison-galerie » et déménage dans une grande et belle demeure au Vésinet (à l’ouest de Paris) où il organises maintes expositions et manifestations avec le même succès.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s